Gods Games

Sommes-nous les jouets des dieux ?
Dans ce forum RP, des rencontres crues impossibles pourront avoir lieu
entre d'illustres ressuscités et des personnes de notre siècle

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le doute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jennifer Blakely

avatar

Messages : 821
Date d'inscription : 27/03/2011

MessageSujet: Le doute   Jeu 12 Avr - 21:49

Combien de temps s’était-il écoulé depuis qu’elle avait quitté le village ? Jenny n’aurait pu le dire avec certitude. Il lui semblait que des siècles s’étaient passés depuis la dernière fois qu’elle avait vu Luke et ses amis. Des siècles d’amère solitude, incertitude et douleur. Que de larmes n’avait elles versées et versait encore, seule dans ces lieux perdus Dieu sait où, dans ce monde de plus en plus étrange.

Elle s’en voulait de se montrer faible mais son beau courage et sa détermination étaient mis à rude épreuve. Tout s’avérait si étrange et inexplicable. Sa façon d’arriver dans cette forêt inconnue, sa rencontre avec l’homme, si vite disparu, qui prétendait être Robin Hood, ni plus ni moins. Était ce cela la manière de répondre à sa prière qu’avaient trouvé ces « Dieux » que son Luke semblait obligé d’obéir ? Si c’était cela, il fallait reconnaître qu’ILS avaient une singulière façon de s’y prendre.


Que veulent ils, à la fin ?, se demandait Jen, à voix haute, me rendre folle à force de me faire tourner en rond ? Sans une piste ! Tout semble à l’envers dans ce fichu coin !

Et pour cause, sa boussole était devenue dingue tout comme Mia et Rex qui se refusaient d’aller plus loin, désobéissant carrément à ses injonctions, semblant en plus, décidés à ne pas la laisser s’éloigner, exerçant à la perfection leur rôle de gardiens.

Mais voyons…corsez pas la note ! Ça rime à quoi, tout ceci ?

Tout douceur et décision, le grand mâle, Rex avait posé ses pattes sur ses bras, la renversant presque. Mia, sagement, s’était postée à ses côtés mais chaque fois qu’elle voulait bouger, la chienne grondait sans la quitter de son regard humide.

Oh la la ! Vous en avez de bonnes…fichez moi un peu la paix…Je dois trouver Luke !!!

Force fut de se rendre à l’évidence que les chiens obéissaient à quelque autorité plus haut placée. Agacée, elle décida de les ignorer. Pour le moment. Ils étaient les seuls amis fidèles qui lui restaient au milieu de Dieu sait où.

Les dernières lueurs du jour s’estompaient déjà. Triste, Jenny se prépara pour une autre nuit dans ces alentours, qui sans être inhospitaliers, ne la rassuraient pas plus. Luke lui manquait cruellement. Sans lui, la vie n’était qu’une succession misérable de jours semés d’angoisse et chagrin. Elle n’était que la moitié de soi même. Il était son complément, sa cause, sa raison. L’amour de sa vie ! Elle lutta vaillamment contre une nouvelle crise de désespoir et raviva le feu pour faire cuire la tambouille du soir, dont, plus que sûr, les chiens feraient festin. Jenny ne se sentait pas trop le cœur à manger, dernièrement.

C’est alors que les deux bergers allemands se redressèrent, échine hérissée, grondants et montrant les crocs. La jeune femme saisit son arme et se redressa…On venait !

La surprise lui faucha pratiquement les jambes, lui ôta la voix, lança son cœur dans une sarabande si endiablée qu’elle crût qu’il allait lui éclater dans la poitrine. Sortant du bois, le pas chancelant, la mine de déterré, Luke avançait vers elle.

Ma chérie...oh, ma chérie…je te retrouve enfin…mon adorée !!!

Peut on mourir de bonheur ? Jennifer Blakely-Walker fut à point d’en être la preuve. Défaillante, elle se vit happée dans une étreinte folle, octroyée d’un baiser délirant d’amour qui tut le flot de ses questions. Baiser qui fut suivi de multitude d’autres de croissante intensité, de caresses de bouleversante audace qui lui tournaient la tête, mettant son bon sens en dérision…

S’écartant à peine, pour essayer de reprendre son souffle, Jenny plongea son regard dans celui, si bleu de son mari adoré. L’étincelle de malice qui y éclatait la surprit un peu. Soit, c’était un regard empli d’amour mais qui avait un rien de désabusé et narquois, qui ne la mit pas tout à fait à l’aise.

Qu’y a-t-il, mon chéri ? Je sais que tu es content de me voir, tout comme je le suis…Tu m’as follement manqué…mais tu en penses pas qu’on devrait…peut être…Luke ! Bon sang…tu ne vas pas…

*Me sauter dessus de la sorte…sans un mot…une petite explication… !*

Car en toute évidence celle là semblait être son intention.

Tu as changé, décréta t’elle, tout de go, le prenant au dépourvu, je ne sais pas trop mais…

Elle ne put pas se méprendre du minime éclat de colère qui passa dans ces yeux si bleus, habituellement si tendres, si doux.

Luke…que s’est il passé ? Où as-tu été ? Que t’ont-ils fait ?

D’une voix enrouée, il assura que tout allait bien, qu’il l’aimait comme un fou, qu’il n’y avait qu’elle qui comptait pour lui, avant de la reprendre dans ses bras, avec une force qui la décontenança, l’effrayant presque. Cela ressemblait si peu à son Luke…

Rex et Mia grondaient toujours…puis changeant d’attitude de façon inattendue, émirent des jappements ravis en s’élançant d’un seul élan vers l’orée du bois d’où venait apparaître…

LUKE !!!

Elle devenait folle…Luke la tenait dans ses bras…Luke venait vers elle en sortant de la forêt…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walker Luke

avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 01/04/2011
Age : 36

MessageSujet: Re: Le doute   Ven 13 Avr - 20:01

Depuis longtemps Luke avait compris n’être qu’un pion sur l’échiquier géant d’un jeu inédit, un pion banal que l’on sacrifierait sans remords en cas de besoin. Entendre des voix dans son sommeil, agir en dormant, le lui avait prouvé, la demande d’abnégation aussi.
Il avait obéi, la vie de plusieurs personnes en dépendait.
Maigre consolation, mais lénifiante quand même : les femmes furent sauvées.
Que lui perde la sienne n’affectait pas les « dieux ». Ne lui offraient-ils pas, en récompense de sa loyauté, une place parmi eux ?
Jolie position, s’il en est ! Mr. Walker n’avait à se plaindre de rien. Gâté, chouchouté, dorloté à longueur de temps, il réalisa rapidement ne pas pouvoir échapper indéfiniment aux manipulations de ses hôtes particuliers. Mais, curieux de nature, Luke profita de la situation autant qu’il le put. Avec un guide ou l’autre, il visita ce que les élus entrevus appelaient « la forteresse ».
Des lieux autorisés aux regards, Luke retira diverses opinions.


* En tout cas, les « dieux » aiment le confort.*

Il y en avait pour tous les goûts, autant antiques que contemporains voire futuristes. Les belles choses ne manquaient pas, les charmantes personnes non plus. Plusieurs fois, Walker fut soumis à des tests de fidélité. Jamais il ne tomba dans le panneau de la béatitude et de l’abandon total même si l’attraction était forte.
Il trouva que c’était aussi une sorte de jeu… qui n’amusaient qu’EUX, ces « dieux »…

Quelques jours à peine après son arrivée à l’Olympe, Luke comprit que seules deux entités régissaient l’ensemble. Pas besoin d’être grand clerc pour piger que l’opposition les habitait. Éternel conflit du bien et du mal ? Sans doute.

Manakiel fut son principal mentor, et même si Luke voulut renâcler aux tâches inspirées, il ne sut pas malgré sa concentration d’esprit particulière.
Quelque fois, plongé dans un état semi conscient, il dut se plier aux exigences d’Emmanuel.
Quand il se retrouva dans la peau d’un ours, Luke râla ferme. Au moins eut-il assez de force pour délivrer son nom en apportant de l’aide à des gens très… inattendus. Cela ne changea pas grand-chose à son statut de prisonnier privilégié, hélas.
Être un dragon lui donna… des ailes. Sitôt sa mission accomplie après avoir accepté que ces Historiques disparates lui grimpent dessus, il osa échapper au contrôle de Manakiel. Il n’avait qu’une envie lui : rejoindre Jenny. Il n’escomptait pas qu’on le laisse tranquille mais puisqu’en esprit il pouvait voyager, il en profita… un peu. Aussi eut-il l’immense surprise de voir Jenny apparaître du côté du fleuve. Pourquoi n’osa-t-il pas se manifester en chair et en os ? Simplement parce qu’il en était incapable. Il fut le vent qui caressa la joue aimée, l’eau qu’elle but, l’air qu’elle respira, le temps qu’Emmanuel le rattrape et le tance « gentiment » en l’endormant lourdement.
Cette escapade auprès de Jenny permit à la flamme de Luke de se raviver. ELLE était partie à sa recherche, ELLE lui manquait. Il l’aimait.

Tiré brutalement de son coma, Luke avait entendu les ordres de Manakiel. Une autre mission ?


*Va retrouver ta femme. Prouve-lui qui tu es puis reviens*

Jamais injonction n’aurait pu mieux ravir Walker.
Expédié de la manière dont les élus usaient généralement, il fut éjecté du nid douillet pour se retrouver à errer en pleine forêt. Voix et grondements le guidèrent.


Luke…que s’est il passé ? Où as-tu été ? Que t’ont-ils fait ?

Musique à ses oreilles que ce timbre enchanteur même si… Pourquoi s’adressait-elle à lui alors qu’il ne s’était pas encore manifesté ?
Le spectacle d’une Jenny enlacée par… Lui ??? l’épouvanta. Les chiens, eux, jappaient, contents.
D’une voix rauque d’émotion, Luke les flatta :


Mia, Rex ! Venez, mes beaux !

Complètement ahurie de voir double, Jenny chancela d’autant que, pour une raison incompréhensible les chiens montrèrent soudain leurs crocs vers l’arrivant.
La seule explication plausible était que l’usurpateur soit le frère maudit en personne. Il tenait à se faire passer pour lui, et retournait les protecteurs de Mrs Walker contre leur maître légitime.


Paix, mes beaux ! Vous ne reconnaissez pas papa ? Jenn, ne te laisse pas abuser. C’est moi, c’est bien moi qui suis Luke.

L’abuseur ricana, prétendant la même chose.
Entre deux feux, légèrement écartée du 1er, Jenn paraissait en proie à un grand doute.
L’autre le nargua puis insista pour que Jenny lui pose toutes les questions qui lui venaient en tête afin de prouver qui il était réellement. Ce à quoi, le vrai Walker répliqua :


Pose-les-moi aussi, ma douce ! Tu m’as tellement manqué. Tu te souviens de notre rencontre sur les rochers ?

J’ai pêché ton maillot de bain, le haut ! rigola l’autre. J’en ai vu de belles choses !

Un duel étrange s’engagea.
Quoique tentât Luke pour prouver sa bonne foi, l’autre en rajoutait, de quoi décontenancer la pauvre Jenny confrontée à deux répliques identiques de son mari.


Tu ne dois pas l’écouter, mon amour. C’est le diable ! Il prend toutes les formes qu’il veut à ses fins pour troubler les esprits. Il sait tout de nous… je ne sais plus qu’ajouter pour te convaincre que je suis celui que tu as épousé… Sauf peut-être…

Et, quasi sans le vouloir, il se mit à siffloter son air favori. Rien de géant, mais une de ces petits refrains que seuls des gens se fréquentant assidument peuvent assimiler.
L’éclat des yeux de Jenny l’emplit d’un bonheur incommensurable. D’un même élan, ils se précipitèrent l’un vers l’autre. C’était sans compter sur le battu qui, d’un geste, les sépara violemment. Il râlait de ne pas savoir siffler correctement. Une voix, issue de nulle part détourna son attention. Moqueuse, acerbe, elle le défiait.


*Manakiel en action*
Viens ! Filons !


Saisissant la main de Jenny au passage, Luke l’entraîna dans ce qu’il expliquerait plus tard comme étant une téléportation.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jennifer Blakely

avatar

Messages : 821
Date d'inscription : 27/03/2011

MessageSujet: Re: Le doute   Lun 16 Avr - 22:28

Elle devenait folle ou l’était déjà, carrément ! Deux Luke ? Comment était ce possible ? De quoi semer le doute dans l’esprit le plus inébranlable. La réaction de Mia et Rex la mit sur avis. S’ils n’avaient cessé de gronder à l’apparition de premier Luke, voilà qu’ils semblaient ravis avec l’arrivée du second.

Mia, Rex ! Venez, mes beaux !


Les chiens s’approchaient de lui, le laissant les flatter puis aussi soudain reculaient en grondant, échine hérissée, crocs luisants. Instinctivement Jenny essaya de se défaire de l’étreinte qui la retenait. Sans succès. Luke n°2 cherchait à apaiser les animaux.

Paix, mes beaux ! Vous ne reconnaissez pas papa ?

Comment s’y prit il ? Le cas est que les deux bergers allemands se soumirent à lui, jappant, comblés de canin bonheur. Alors Luke la dévisagea.

Jenn, ne te laisse pas abuser. C’est moi, c’est bien moi qui suis Luke.

Elle les regarda, tour à tour. Même sourire, même regard énamouré. Même voix. N°1 lui conseilla de poser toutes les questions qu’elle voudrait, même les plus intimes. Celles dont seul le véritable Luke saurait les réponses.

L’autre s’empressa d’en rajouter.

Pose-les-moi aussi, ma douce ! Tu m’as tellement manqué. Tu te souviens de notre rencontre sur les rochers ?

Si elle s’en souvenait !? Comment pourrait on oublier ça ? N°1 ne lui laissa pas le temps de répondre, décrivant joyeusement le moment, sans pour autant relâcher Jenny qui sentait la tête lui tourner.

Un vrai match de ping-pong verbal ! Peu importait la question, tous deux y répondaient sans manquer détail.


Peu à peu, le désarroi s’emparait de N°2. Elle le sentait. Chaque fibre de son être percevait l’impuissance et le chagrin qui ternissait son regard. Tandis que N°1 jubilait. Un éclat de perverse satisfaction brillant dans ses yeux.

Tu ne dois pas l’écouter, mon amour. C’est le diable ! Il prend toutes les formes qu’il veut à ses fins pour troubler les esprits. Il sait tout de nous… je ne sais plus qu’ajouter pour te convaincre que je suis celui que tu as épousé… Sauf peut-être…

Et de siffloter doucement « Over the rainbow », sa mélodie favorite. Jennifer sentit son cœur se gonfler de bonheur. Un coup d’œil à N°1 confirma ce que son cœur avait déjà deviné.

Lâche moi !, d’un élan fou, elle voulut s’élancer vers son Luke, le vrai, mais N°1 ne l’entendait pas de cette oreille. Il l’écarta, brutal, de son rival.

Allez savoir ce qui se serait passé si « La Voix » n’avait pas retenti. Puissante, narquoise, comminant N°1 a accepter sa défaite. Pris de court, le faux Luke lâcha prise alors que le véritable la prenait de la main et l’entraînait à sa suite.


Ce qui se passa après échappa à la compréhension de la jeune femme. Elle eut la sensation, pas trop agréable de se désintégrer en l’air pour deux secondes plus tard, se matérialiser de nouveau. Ailleurs, au milieu d’un décor paisible et solitaire. Elle respira un bon coup, essayant de se remettre les idées en place.

Qu’est ce…

Luke sourit. Son sourire tant langui. Il parla de téléportation, moyen divin de se déplacer en temps et espace.

C’est dingue !...D’abord deux toi…et puis on joue à Star Trek. Suis chamboulée. Et comment je suis sûre que tu n’es pas aussi un autre…Diable ?

Elle était convaincue que c’était le bon mais valait mieux le confirmer. Le merveilleux baiser dont il l’octroya remettait les pendules à l’heure. Il n’y avait que lui pour l’embrasser de la sorte, l’engourdissant de mille ravissements. Il n’y avait que lui pour l’aimer de la sorte, la rassurant, confirmant et reconfirmant qu’il n’y avait que lui. Luke, début et fin.

Passé le premier émoi de ces intenses retrouvailles, Jenny resta lovée dans les bras de son unique amour, goûtant de sa proximité dans le naturel confort fourni par ce lit de mousse sentant à sous bois aromatique. Mille questions se bousculaient dans sa tête mais elle avait peur de briser la magie de ces instants parfaits. Pourtant, il fallait bien s’y résoudre pour essayer de comprendre quelque chose au cauchemar de solitude et chagrin qu’était devenue sa vie quand il avait dû la quitter.


Luke…je sais que tu ne peux tout me dire…mais au moins dis moi pourquoi ?...Pourquoi tout doit être si compliqué alors qu’on était si heureux ?

Elle n’était pas trop sûre de vouloir entendre sa réponse sachant que cela la blesserait encore plus. Stoïque, la jeune femme ravala les larmes qui menaçaient. Un nœud douloureux lui serrait la gorge. Plein de tact, comme toujours, Luke délivra le peu d’information qu’il était censé pouvoir lui donner.

Et alors ?...Tu es leur…loyal serviteur, en somme ?

Au chagrin s’ajouta une sourde colère contre ces « Maîtres » omniprésents qui la privaient de tout pour assouvir leur besoin de domination.

Mais qui sont ils ? Pourquoi s’en prennent ils à nous ?...À toi ?...Pourquoi ne pas nous avoir emmenés ensemble !?...Je ferais n’importe quoi pour être toujours avec toi !!!

Quelles raisons valables pouvait il lui donner ? Aucune, à son avis. Elle savait que ses larmes étaient un vrai crève cœur pour Luke mais ne pouvait s’en empêcher. Reniflant, hoquetant comme une enfant éperdue, elle opposait les siennes. Ou plutôt, la sienne. Son unique raison.

Tu es tout ce que j’ai. Tout ! Sans toi…il ne me reste aucune raison de continuer…alors, si c’est cela qu’ILS veulent…je préfère mourir…Oui, c’est ça…je préfère en finir à traîner ma misère comme un boulet !...Oui, je sais, suis plus brave d’habitude…mais c’était avant…Non ?...Pourquoi ? Donne moi une simple raison…UNE…c’est tout ce que je demande.

Promesses. Espoirs. Des « peut être » enchaînés de « qui sait ? ». Hypothétiquement parlant…sait on jamais ! Son bel optimisme de jadis avait disparu, effrité de tant de coups contre une réalité sans explications logiques.

Oui…j’étais un battante, une fonceuse…mais je savais contre quoi me battre…là…tu me diras !...Et puis, j’en ai marre !

Surmontant le chagrin et le défaitisme, la colère l’emportait.

Tu sais ce que tu peux leur dire, à tes « Maîtres » ?...D’aller se faire fou…Ah bon ? Faut pas les maudire ? Manquait que ça ! Ils fichent ma vie en l’air et je dois de peu leur tirer ma révérence ? Déjà que l’un d’eux, si la mémoire ne me fait pas défaut, était tout prêt à abuser de ma crédulité…ÇA sait pas être fair-play ! Je m’en fiche s’ils se fâchent…je n’ai que faire de leur courroux…

Furieuse, elle finit par se redresser d’un bond, le poing brandi vers le ciel.

Allez y, les Dieux…panne de foudre ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walker Luke

avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 01/04/2011
Age : 36

MessageSujet: Re: Le doute   Sam 21 Avr - 13:07

Plusieurs fois, Walker avait dû subir des tentatives de retournements de la part du frère de son « protecteur » . Emmanuel lui avait assuré que c’était juste pour rigoler que Bérith agissait ainsi car la fusion d’un ange ou d’un traître avec son maître était totalement irréversible.

Se rencontrer en double n’était pas très amusant surtout quand votre jumeau essaye de vous piquer votre épouse.
Aucun doute pour Luke : c’était un coup de Bérith.
Dieu que Jenny était belle, même dans la confusion totale qui l’habitait face à deux maris identiques.
D’où lui était venue l’inspiration de fredonner ce vieux refrain issu du magicien d’Oz ? Sans doute pour rappeler à Jenny combien il lui en bassinait les oreilles en travaillant à ses côtés.
Cela marcha mais, évidemment, le diable ne l’entendit pas de cette oreille.
Sans l’intervention « miraculeuse » de Manakiel – ça ne pouvait être que lui – il est probable que les Walker auraient été réduits en cendres.

Ils se matérialisèrent dans une clairière que Luke avait repérée avec soin lorsque les dieux l’invitaient dans leur antre d’observation. Sûrs et certains que le jeune homme ne pigerait pas le fonctionnement du bazar, on l’y avait même laissé seul, parfois. Il avait beaucoup tâtonné avec la peur au ventre de se faire prendre ou, pire, de déclencher une catastrophe quelconque dans les mondes agencés par les dieux.
Cet endroit était idéal parce que les écrans ne le montraient pas. Lui, il n’avait fait que déduire que la clairière devait se trouver là. Il existait plusieurs points similaires sur les mondes mais Luke ne sut, fatalement, jamais prouver ses théories jusqu’à l’instant magique où il put s’enfuir avec sa femme.
Aussi quand leurs atomes se reconstituèrent, Walker était doublement satisfait. Jenny, un peu choquée, voulut réclamer des explications dont il se chargea vite :


Tu viens de subir une téléportation, mon amour. On s’y fait vite. On me donne ce don de déplacement spatio-temporel à… l’occasion.

Elle émit des doutes somme toute naturels de bien se trouver face à son vrai mari et non une copie diabolique.

Tu veux une autre preuve ?

Jamais il ne se lasserait de Jenny. La faire délirer sous ses baisers de plus en plus enflammés l’enchantait. Elle lui avait tant manqué ! Lui qui s’était juré de ne plus tomber amoureux devait avouer avec ravissement qu’il l’adorait, elle, uniquement elle !
La tenir contre son cœur après le plus doux des combats était à la fois un ravissement et une amertume. La paix ne durerait pas. Cela commença par la question incontournable : pourquoi ?


Le pourquoi ? Je l’ignore. J’ai croisé deux dieux ou plutôt des entités qui jouent à Dieu. L’un, mon maître, est… bon. Il m’a, en quelque sorte recruté à son service.

Mais qui sont-ils ? Pourquoi s’en prennent-ils à nous ?...À toi ?...Pourquoi ne pas nous avoir emmenés ensemble !?...Je ferais n’importe quoi pour être toujours avec toi !!!

Je le sais, mon amour. Tout ce que je sais c’est que leur cercle est très… retreint. Je t’en prie, ne pleure pas Jenn.

Tu es tout ce que j’ai. Tout ! Sans toi…il ne me reste aucune raison de continuer…alors, si c’est cela qu’ILS veulent…je préfère mourir.

Ne dis pas de sottise, Jenn !

je préfère en finir à traîner ma misère comme un boulet !

Je t’interdis d’avoir de telles pensées ! Où est passé mon brave petit soldat qui, de ses blanches mains, a bâtit une des plus belles exploitations du village ?

Je sais, suis plus brave d’habitude…mais c’était avant.

Tu ne dois pas te laisser aller ainsi.

Non ?...Pourquoi ? Donne moi une simple raison…UNE…c’est tout ce que je demande.

Parce que si je n’ai pas l’assurance de te retrouver un jour, je ne tiendrai pas le coup non plus.
J’espère sincèrement de pouvoir rompre ce lien avec Manakiel, mais j’ai aussi fait une promesse ! J’ai une sorte de mission à remplir puis… ils me laisseront peut-être partir.


Comme arguments, on pouvait rêver mieux. Assez furieuse, Jenny s’insurgea haut et fort contre ce triste sort. Luke tenta de la modérer, sans succès.

Allez y, les Dieux…panne de foudre ou quoi ?

Jenny, ne perds pas ton temps, le peu que nous avons à passer ensemble. Je suis persuadé qu’on me cherche, là ! J’ai… triché afin d’obtenir ce répit à l’abri de leurs yeux et de leurs oreilles. J’ignore si je serai puni mais je suis certain que Manakiel ne va pas tarder à me remettre la main dessus.

Il l’embrassa à nouveau, tentant de lui transmettre une part de sa foi en un avenir meilleur ainsi que de lui prouver sa foi en elle.
La voix terrible lui vrilla bientôt le cerveau au point qu’il lâcha Jenny pour se prendre la tête à deux mains.
Malgré la douleur, il réussit à sourire :


Un bon point : ils ne savent pas où l’on est.

Elle s’affolait de le voir si mal, et ses larmes n’arrangeaient rien.

Je dois y retourner... Peux pas résister plus longtemps.

Entre deux tortures mentales, il parvint à débiter :

Leur forteresse se déplace. Elle était… au Nord-Ouest… Elle est plein Sud aujourd’hui. J’essayerai de te contacter… Je t’aime !

Il se releva et courut comme un fou droit devant lui sur quelques mètres puis se retourna avec un dernier regard douloureux avant de disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le doute   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le doute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Naranja Luz d'Alvarez ~ Je doute de ce que je sais, je me doute du reste.
» (terminé) « quand le doute nous assaille, il devient notre pire ennemi » feat. maël
» le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant (alienor)
» Manigat sereine, Martelly jubile, Céant doute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gods Games :: Monde du fleuve :: Les Bois-
Sauter vers: