Gods Games

Sommes-nous les jouets des dieux ?
Dans ce forum RP, des rencontres crues impossibles pourront avoir lieu
entre d'illustres ressuscités et des personnes de notre siècle

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sir Richard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Richard Francis Burton

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Sir Richard   Ven 11 Mar - 18:38

Nom : Burton

Prénom :
Richard Francis

Date de naissance :
19 mars 1821 Mort le 20 Octobre 1890

Histoire :


Né dans une famille aisée ( père officier de l’armée britannique et mère fortunée) je connus une enfance très riche en déplacements et apprentissages. J’ai constamment voyagé entre la France, l’Italie et l’Angleterre.
À 19 ans j’entrai au Trinity college. Je m’y montrai assez rebelle et en fus expulsé définitivement à peine après y avoir étudié 2 années. Ils se souviendront longtemps de moi, ces vieux croûtons d’Oxford puisque j’ai ravagé leurs beaux parterres en faisant passer mon cabriolet dessus !

N’étant bon à rien d'autre qu'à me faire tirer dessus pour six pences par jour, je me suis engagé dans la compagnie des Indes orientales. À défaut d’en découdre avec l’ennemi, je pus peaufiner ma grande passion : les langues étrangères. J’ai toujours possédé ce don pour apprendre langues et dialectes. Peu m’importait si l’on me regardait bizarrement jusqu’à m’appeler « le nègre blanc » tellement je parvenais vite à m’intégrer aux cultures et religions différentes.
On me confia plusieurs missions d’infiltrations. Même mes condisciples ne me reconnaissaient pas !
Je tâtai alors aux relevés topographiques et en conservai les enseignements pour plus tard.

Un peu patraque, j’obtins un congé de deux ans. Si bien que j’écrivis mon premier livre en 1850, un guide sur la région de Goa. C’est vers cette époque que je rencontrai ma future épouse : Isabel Arundell. Pauvre chérie ! Il nous a fallu attendre près de 10 ans pour nous marier… question d’opposition de religions et d’esprit aventurier...

Des expéditions, j’en ai menées !
Encouragé par la Royal Geographical Society, j’ai pu me retirer de l’armée et concrétiser un voyage préparé de longue date. Mêlé à la foule des pèlerins de La Mecque, j’ai fait le Hadjj avec sérieux et respect. Pour l’époque, ce n’était pas une mince affaire, je vous jure !
Satisfait de ce succès, je m’en donnai à cœur joie avec mon âme d’explorateur.
La cité d’Harar m’a donné du fil à retordre mais j’y séjournai 10 jours en qualité d’ "invité"» de l’Emir... son prisonnier, quoi. J’ai bien cru mourir de soif en en revenant. Non content d’avoir risqué ma peau, je suis reparti presque immédiatement pour l’intérieur des terres somaliennes ce qui me valut d’avoir le visage transpercé d’une lance. Mes compagnons eurent moins de chance. Stroyan mourut et Speke reçut onze blessures. Cruel échec ! On m’en fit porter le chapeau mais je fus blanchi après deux ans d’enquêtes. On m’accusa aussi de déboires lors de la guerre de Crimée, m’enfin…
1858 me marqua avec la découverte du lac Tanganyka. Manquant de matériel pour des relevés topographiques convenables, nos santés défaillantes, Speke et moi avons dû écourter ce périple.
Quelle ne fut pas ma déception quand je sus que celui que je considérais comme un ami s’attribuait tout le mérite de nos découvertes ! Une fameuse dispute s’en suivit. Evidemment, je n’étais pas en odeur de sainteté avec ma réputation. Pour cette époque victorienne, mes descriptions des rituels indigènes, leurs pratiques sexuelles, me mettaient au ban de la « bonne » société ! Trop de franchise nuit… Néanmoins je voulais me défendre et je suis certain que la vérité aurait éclaté lors du débat m’opposant à Speke s’il ne s’était suicidé… la veille. Je tirai des leçons de ces événements pour la suite de mon existence.

Calmé ? Sûrement pas !

Enfin marié à Isabel, je dus m’en séparer près de quatre ans pour débuter ma carrière de diplomate. Le climat de la Guinée équatoriale ne lui aurait pas convenu. J’étais un curieux ambassadeur ou un ambassadeur curieux car j’ai profité de cet intermède pour devenir le 1er européen à gravir le mont Cameroun.
Brésil en 1865, Damas, en 69, j’ai remué pas mal de principes et déclenché des hostilités… Pas locales ! Eh, j’étais le consul ! J’ai tout fait pour aplanir les conflits. Seulement quand trois religions s’affrontent... Les trois cents hommes du gouverneur se Syrie n’eurent cependant pas ma peau.

On m’a finalement promu à Trieste. Peu de boulot, du temps à revendre histoire d'écrire et visiter !
Mes multiples connaissances m’ont permis de proposer des ouvrages intéressants pour les futurs voyageurs ainsi que des recueils de poèmes orientaux. Tous ne reçurent pas l’accueil voulu mais j’ai accompli ce que je pensais être juste.
Je suis mort à Trieste, d’une crise cardiaque.

Caractère :


Je suis un homme de contrastes.
Remuant depuis toujours, dame nature m’a doté d’un esprit curieux, analytique et assez fonceur. J’ai essuyé tant de plâtres que la sagesse est venue par la force des choses.
Habile, parfois roublard, j’essaye désormais de toujours amadouer les gens, de faire triompher le bon sens. La bêtise m’agace mais, la plupart du temps, je domine mon tempérament énergique.
J’aime être meneur sans pour autant être despote et j’écoute volontiers les avis… sensés.
Je suis assez taiseux, je préfère laisser parler les autres mais si je l’ouvre, ce sera avec raisonnement.
La bagarre ne me tente plus, sauf qu’il ne faut pas dépasser les bornes !
On me dit trop sérieux ? C’est parce que j’ai beaucoup donné( ou dépensé ?) dans ma vie. Un jour, le seul où je me sois confessé à un prêtre ( et c’était hors lieu consacré) j’ai avoué avoir commis tous les péchés du Décalogue… C’est tout dire. Je ne suis pourtant pas un jouisseur. Dans mes soi-disant extravagances ou dévergondages, je ne cherchais pas mon plaisir mais la connaissance. Une fois celle-ci acquise, vient la paix. La trouverai-je ici ? Je pense être quelqu’un de réfléchi.


Aspect Physique :


Pas évident de parler de soi… Bien bâti ? Cela va sans dire. Je n’ai rien d’une mauviette ou d’un gringalet. 1m85, 85 kg, du muscle où il faut, sans trop. La pratique de l’escrime m’a donné de l’aisance, a dégrossi l’ours, si vous préférez. Cheveux brun clair, yeux bleus, j’aime porter la barbe.
Je sais jouer aux hommes de salon aussi bien qu’aux videurs de boîtes de nuit…
De par mes expéditions, je sais me fondre dans le paysage en m’y déplaçant tel un fauve, une gazelle ou... une souris. Tout dépend des circonstances.


Acteur ou actrice de ton vava: Russel Crowe

Catégorie souhaitée: à votre avis? Ressuscité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille, héros de Troie

avatar

Messages : 1448
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Sir Richard   Sam 12 Mar - 23:52

Sois le bienvenu parmi nous, Richard! Très belle fiche, fort instructive...je te valide donc!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sir Richard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gods Games :: Bienvenue sur Gods Games :: Présentation de votre personnage :: Fiches validées-
Sauter vers: